- Rechercher

Rechercher sur le site :

 


SINIKAN.COM



- Visiteurs uniques

Visiteurs au total : 254466
Visiteurs d'aujourd'hui : 26
Visiteurs en ligne : 4


- Liens


Regard sur le “NON Historique” du Président Ahmed Sékou TOURÉ

20160207 Le temps mûrit toutes choses: par le temps toutes choses viennent en évidence; le temps est père de la vérité”

François Rabelais

C'est par ces vérités éloquentes, que je fais mienne, que je commence cette allocution. En effet, c’est le 25 août 1958 que la terre de nos ancêtres trembla sous le pied du grand colonisateur blanc, libérateur et résistant français face à la domination allemande. Oui, un véritable séisme politique survenu en AOF. L'écho du discours prononcé ce jour retentit encore dans le ciel comme pour exprimer la volonté de nos héros morts, les armes à la main, pour repousser la domination étrangère.

Ce discours était un rappel, une mise au point, et surtout l'expression de la volonté d'un peuple asservi, qui veut se débarrasser du joug colonial. Tout peuple soumis par la force vit avec la ferme détermination de recouvrer sa liberté, dans la paix ou dans le sang. Avec le temps, on voit à travers ces lignes la nette revendication des peuples Africains; “Nous avons, quant à nous, un premier et indispensable besoin, celui de notre Dignité. Or, il n'y a pas de Dignité sans liberté, car tout assujettissement, toute contrainte imposée et subie dégrade celui sur qui elle pèse, lui retire une part de sa qualité d'Homme et en fait arbitrairement un être inférieur.” Une voix qui résonne toujours au de-là du continent noir; et même après 58 ans, le contenu de ce discours reste une vérité incontestable. Dans les annales des discours des nations opprimées, celui-ci occupe une place importante. Si les Guinéens lui avaient réellement accordé sa dimension historique, chaque mot, chaque phrase et chaque paragraphe de ce texte, pourfendeur du système néo-colonial, aurait servi à consolider notre liberté. Ces mots étaient un appel à l'éveil Africain; un sursaut de prise de conscience continentale.

À chaque sommet mondial, les Africains présentent les mêmes doléances pour la mise en valeur de la dignité de l'homme noir; que sa contribution à l'équilibre mondiale, son sacrifice et ses efforts de guerre soient reconnus à sa juste valeur par la restitution de ses droits naturels, “la liberté c'est le privilège de tout homme, le droit naturel de toute société ou peuple; la base sur laquelle les États africains s'associeront à la République Française et à d'autres...” la jeunesse africaine ne cesse de réclamer à ses gouvernants, le respect de son indépendance; la reconnaissance de sa souveraineté, et la protection de sa dignité. Cependant, quand le président AST traduisit ces demandes légitimes du peuple guinéen en particulier, et des peuples africains en général, il fut qualifié d'insolent, d'«impoli» (sic; Ibrahima Baba Kaké, le Héros et le tyran, page 81), et même d'ingrat. Quand un écrivain travestit volontairement la vérité, pour satisfaire des basses besognes inavouées, on ne peut que s'interroger sur sa dignité. En effet, le président Sékou Touré disait, à juste raison, que «la vérité définit la latitude de dignité de l'écrivain». Nous sommes très loin de l'insolence ou du réquisitoire évoqué par certains, et encore moins de l'impolitesse que d’autres historiens ont laissé paraitre dans leurs écrits. De même, ce discours ne revêt aucun aspect d'ingratitude envers la puissance coloniale. D'ailleurs, de quelle ingratitude parlons-nous? Ironie du sort, Alors qu'il est calomnié par les pro-communautés, “le prestige de Sékou Touré ne fait que grandir. Paris, même s'il ne cache pas son hostilité, le respecte plus que ceux qui ont «bien» voté...” (sic; Pierre PÉAN, l'homme de l'ombre, page 270).

Quel aurait été le regard du monde sur l'homme noir si tous les dirigeants (des colonies AOF & AEF) ont, sans exception, avaient accepté librement l'asservissement au lieu de la liberté? Ils auraient tout simplement sali la mémoire de leurs ancêtres; ils auraient trahi leurs peuples; et auraient assujetti les générations futures. Il fallait sauver l'honneur du continent et prendre ses responsabilités face à l'Histoire. C'est à cet engagement que les dirigeants guinéens ont lâchement failli.

En citant Président Sékou Touré: “Nous ne renonçons pas, et ne renoncerons jamais à notre droit légitime et naturel à l'indépendance...” Cette indépendance est bafouée par les pouvoirs successifs à la tête de notre pays martyr pour avoir osé choisir la réhabilitation de sa dignité humaine. Nos responsables ont plus que jamais renoncé à ce droit si cher et si noble qui est la Souveraineté Nationale. Nos intellectuels ont été les premiers à dénaturer et diaboliser ce discours. À cause de la haine pour un homme, ils ont jeté le discrédit sur tout un peuple. Par ces faits, ils ont sali l'intégrité de cette page mémorable de notre histoire par leur bassesse et médiocrité. En dépit de tout, notre patrie a émargé dans la douleur et dans l'abnégation le registre des nations souveraines.

Toi jeune Guinéen(ne) ne renonce pas, et ne renonce jamais à ton droit...

Lire le discours en intégralité ici:

voir la vidéo ici:

 


CISSE Ibrahima

Partager sur :  Partager sur Digg  Partager sur Blogmarks  Partager sur Facebook  Partager sur Twitter  Partager sur Scoopeo   Lu : 1908 fois


Derniers commentaires (1)


Félicitations

Belle analyse mon cher Cissé, La vérité est en train de s'imposer, c'est la loi de la nature. Malheureusement, il faut se mettre à l'évidence que le mal existe, et que certaines personnes sont irrécupérables et sont prêtes à tout sacrifier même l'honneur de leur Patrie,à cause leur aliénation. Ainsi va la vie. Une chose reste également sûr, c'est que tous ceux qui de près ou de loin ont combattu ces patriotes hors paire, finirons sur le tableau de l'humiliation. à bon entendeur, salut. MLK.

Posté le 28/08/2016 à 01:08 : Par M L KEITA


Pour reagir à cet article

Vous pouvez nous adresser vos commentaires à cet article via le formulaire ci-dessous :

Note : Les champs en astérisque sont obligatoires (*)

Nom/Pseudo *
Email *( Ne sera pas affiché )
Site web 
Titre de votre message 
Oui Non